top of page

PORTRAIT DANSÉ

PORTAIT DANSÉ - LA TARBASSE.jpg

création hybride
entre danse et freestyle foot

La première rencontre entre Paul Molina et Mélodie Joinville, s'est faite lors d'une longue marche. Mélodie aimant puiser son inspiration dans les zones de résistances de l'autre, cette balade a donc vite tourné à la confidence : elle en apprend plus sur la vie de Paul, son passé, ses choix et son ambition qui font écho à son propre parcours.

Rapidement débutent les répétitions. Mélodie choisit dans un premier temps de faire travailler Paul sans ballon pour se concentrer sur sa personnalité plutôt que sur sa pratique intensive du football freestyle. Cette première phase d'initiation à la danse, un peu contre-nature pour lui, fait finalement place à l'étonnement et à l'adaptation. Pour en arriver à ce résultat, elle l'amène à lâcher prise, à se focaliser sur ce qu'il ressent et à transposer ses émotions via le langage corporel.

Elle brosse ainsi peu à peu un portrait de lui, en mettant en lumière sa sensibilité et sa fragilité à travers une forme hybride, à la frontière entre la danse et un show sportif.

PAUL MOLINA

Jeune sportif qui se rêve artiste. Il commence comme beaucoup de jeunes par les terrains de football avant de glisser doucement, mais sürement, vers ce qui va devenir sa passion: le football freestyle. Cet art de jonglage croise de multiples disciplines artistiques, sportives et acrobatiques avec comme seul outil un ballon de football.

Obsédé par cette matière nouvelle, il explore avec avidité les perspectives sans fin que lui ouvre cet art qu'il cherche désormais à transposer dans le monde du spectacle.

Diplômé d'une prestigieuse école de commerce, il décide de s'éloigner de ce milieu et de prendre le risque de se lancer corps et âme dans cette nouvelle aventure artistique, muni de son ballon avec lequel il essaye de défendre sa discipline si chère à ses yeux.

Une discipline sur laquelle il a dû poser un regard nouveau, un regard « d'artiste » pour s'extraire du schéma de la compétition dans lequel un « drop » (c'est à dire le moment où le ballon touche le sol après avoir raté un geste) est synonyme d'échec ultime intolérable.